Le Musée d'Artagnan

Musée d'Artagnan - intérieur
Musée d'Artagnan - Salle

Le Musée d'Artagnan de Lupiac invite à une plongée dans le Grand Siècle aux côtés des Mousquetaires et de d'Artagnan. En garde !

Venez découvrir la vie du vrai d'Artagnan, celui qui quitta Lupiac, son village, vers 1630 pour devenir Capitaine des Mousquetaires, homme de confiance de Louis XIV et plus tard... Une légende !

Visite d'une heure avec audio guide à travers un parcours sonore et visuel. De nombreux documents et des reproductions d'œuvres évoquant l'histoire réelle de d'Artagnan ainsi que son contexte historique.

Petit plus famille :

un livret-jeu pour les enfants. Crayon en main et yeux grands ouverts, partez à l'aventure avec les Mousquetaires !

Visite libre

• support audio (français / anglais) ;

• support écrit (français / anglais / allemand / néerlandais / Russe)

Services sur place :

Boutique souvenirs, parking gratuit, toilettes, jardin.

Tarifs d'entrée :

Pour les individuels : adulte 6€, de 12 à 18 ans 5€, enfant de 6 à 12 ans 3€
Pour les groupes : scolaire 3€/élève, adulte 5€/pers (paiement par une seule et même personne)

Coordonnées

Chapelle St-Jacques, 200 m à l'ouest de la grand place du village

Horaires d'ouverture

Ouvert de mi-mars à mi-novembre:

  • De mi-mars à fin juin :
    Du mardi au dimanche de 14 h à 18 h - Fermé le lundi
  • En juillet et août :
    Tous les jours de 10 h 30 à 19 h
  • En septembre :
    Du mardi au dimanche de 10 h 30 à 18 h - Fermé le lundi
  • De début octobre à mi-novembre :
    Du mardi au dimanche de 14 h à 18 h - Fermé le lundi

Fermeture de la billeterie 1 h avant la fermeture du musée.

Musée fermé de mi-novembre à mi-mars.

Ouvertures spéciales pour groupes

Visites de groupe possibles toute l'année, par arrangement préalable. Contacter le musée bien en avance.

Le village de Lupiac

  • Lupiac Village natal de d'Artagnan
  • Lupiac le clocher de l'église
  • Le Château Castelmore
  • Statue-équestre-d'Artagnan-Lupiac
  • Festival  d'Artagnan
  • Musée d'Artagnan extérieur
  • Musée d'Artagnan
  • Lupiac- La chapelle Pujos
  • Quelques oies
  • Dans le village de Lupiac
  • La campagne environnante
  • Moulin Faubourg Saint-Jacques
  • Le marché
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Lupiac aurait été édifié et fortifié par le Comte Odon de Lomagne en 1090 et devint alors l'un des plus anciens castelnaux de la Gascogne. La fortification comprenait un château aujourd'hui disparu, mais qui occupait vraisemblablement l'emplacement de la place centrale actuelle, et une vaste enceinte de forme ovale dont il subsiste encore des traces.

Au XVème siècle, la baronnie de Lupiac passe dans les possessions de Jean V, Comte d'Armagnac.

Au début du XVIème siècle, on sait que Lupiac était une place de guerre importante, grâce notamment à son enceinte, ses fossés, ainsi que des portes armées de herses et de tours crénelées.

En 1754, Lupiac était le siège d'un archiprêtré et possédait sur son territoire dix églises et quatre chapelles domestiques.

Durant la Révolution, en 1789, Lupiac fut chef-lieu de canton. Plusieurs églises furent vendues et démolies pour en récupérer les pierres ; la grande tour carrée qui s'élevait sur la place et servait de prison fut démolie.

Au début du XXème siècle, Lupiac était une cité active. On pouvait y retrouver tous les corps de métiers nécessaires à cette époque (maréchal ferrant, tonnelier, docteur, cordonnier, charpentier, coiffeur, épicier,...).

Aujourd'hui, village de 300 habitants, Lupiac vous accueille autour de sa statue équestre de d'Artagnan, inaugurée le 9 août 2015, et de son cœur historique bordé de maisons à colombages.

Patrimoine - bâtiments publics

Le Château de Lamotte d'Izault

chateau de Lamotte d'Izault

Si l'on ne connait pas la date de sa construction, on trouve mention de ses propriétaires dès le milieu du 14ème siècle. Parmi ceux-ci, Jean-François Joseph, baron de la Mothe d'Izault et de Marambat, né le 5 mai 1741, lieutenant chef de la brigade des gardes du corps du Roi Louis XVI et mort en 1813 avec le titre de Lieutenant général et Commandeur de Saint Louis.

Cet important château disposait de nombreuses métairies et moulins à vent ou à eau, ce qui assurait une certaine aisance à ses propriétaires. En 1858 Louis Marie Ernest de Lamothe d'Izault restaure le château dont témoigne la façade sud de style Napoléon III.

L 'héritière du château décède au Carmel de Turin. Selon l'usage les Carmélites de Turin héritent du château, des métairies et des moulins. Puis la commune de Lupiac l’achète en très mauvais état, et après travaux y installe la Mairie en 1945. Aujourd'hui le château abrite la Mairie, la salle des fêtes, la salle du Conseil Municipal et des salles mises à disposition des associations du village.

La Chapelle Saint-Jacques

chapelle St Jacques

Elle fut bâtie à la fin du XVème siècle dédiée à notre Dame de Pitié et attribuée à l'ordre des pénitents blancs pour leurs usages, offices et sépultures. Bertrand de Batz de Castelmore, oncle de d’Artagnan fit construire un hospice destiné à soigner les habitants de Lupiac et les pèlerins de Compostelle d’où son nom chapelle Saint Jacques.

La chapelle a été restaurée en 1882.

Cet édifice d'environ 8 mètres sur 4 est construit en pierres de grande taille ; son toit est à deux versants. Il combine le style gothique – l'arc brisé surmontant le linteau de la porte ouest – et le style transitoire gothique/renaissance – la voute à trois tores avec deux gorges et deux filets.

Elle abrite aujourd'hui l'Office du Tourisme et l'accueil du Musée d'Artagnan.

Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1935.

L'école

école de Lupiac

Projet retardé par la seconde guerre mondiale, l'école est construite à la fin des années 1940 et accueille ses premiers élèves à la rentrée de l'automne 1951

L'école accueillait alors 120 éleves, avec 3 classes et 3 maîtres d'école.

L'école est toujours en activité et accueille une trentaine d'élèves.

Le bâtiment est considéré pour classement par les Bâtiments de France.

L'église Saint-Barthélémy au cœur du village

croix du moulin

C'est à la suite d'une visite pastorale de Monseigneur Lacroix d'Azolette le 4 juillet 1846, que fut décidée la construction de la nouvelle église, sur l'emplacement de l'ancienne devenue trop petite et en mauvais état.

L'architecte, sculpteur et peintre fut Mr Duran de Samatan.

La première pierre fut posée le 29 juin 1847 par M de Lamothe d'Izaut, maire de la commune à l'époque.

De l'ancienne église il reste le portail gothique qui se trouve au nord.

La piéta du XVIème siècle en bois de tilleul provient de la chapelle Saint-Jacques, actuel bureau d'accueil de l'Office de Tourisme. Eglise à trois nefs, intéressante par son architecture, son arc triomphal, et l'ornementation de son sanctuaire. Vitraux représentant St André, St Barthélemy, St Orens et St Michel.

On remarque le clocher en belles pierres d'Angoulême.

La chapelle de Pujos

croix du moulin

L'église Sainte Madeleine, bâtie sur un petit tumulus, près de l'ancien château de Pujos, est ancienne sans pouvoir donner la date précise de sa construction ; elle a un chevet plat.

Au nord on peut apercevoir une fenêtre meurtrière (aveuglée), il devait y en avoir plusieurs. La nef de droite est de construction récente, dalles funéraires de famille de Pardheillan. Portail gothique moderne abrité par un porche rustique.

La chapelle de Cahuzères

Chapelle Cahuzères

L'église Saint André est l'exemple même de nos petites églises rurales ; élevée sur un mamelon, elle est en partie construite en brique crue. Elle montre l'attachement de la population de ce hameau à son église, où on célèbre encore des obsèques. Tableau du Christ en croix avec Saint François d'Assise et la Vierge Marie. Tableau de St André.

Patrimoine - bâtiments privés

Le Château de Castelmore - maison natale de d'Artagnan

chateau de Castelmore
(Château privé non ouvert à la visite)

Le château de Castemore vit naître et grandir dans les années 1610 Charles de Batz Castelmore, dit D'Artagnan.

Le château a été remanié et agrandi au XVème et au XIXème siècle.

Le château conserve de l'époque de d'Artagnan son ancienne cuisine avec sa cheminée monumentale, celle autour de laquelle D'Artagnan s'est réchauffé et attablé dans son enfance. Vous pouvez la voir dans ce reportage télévisé:

Le château de Castelmore est partiellement inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Petit patrimoine bâti

La croix du moulin

croix du moulin

En 1812, sous l'administration de la cure de Lupiac par l'abbé Gélas, une "mission" (*) fut organisée. Durant une semaine, le curé de Saramon, MM. Blagnan et Boyer en furent les prédicateurs.

En souvenir de cette mission, M. Mathieu Labric finança cette croix en pierre de taille, installée à côté du moulin à l'extrémité du Faubourg Saint Jacques.

La croix de l'église

croix de l'église

En 1826, sous l'administration de la cure de Lupiac par l'abbé Gélas, une "mission" (*) fut organisée. Durant une semaine, l'abbé Dupin et MM. Cluzet, Dubosc et Mothe en furent les prédicateurs.

Mme de Lavardac, veuve Pome, voulant matérialiser l'enseignement donné au cours de cette mission, offrit cette croix.

C'est à M. Bugat, forgeron à Lupiac, qu'en fut confiée la réalisation.

Elle présente les symboles de la crucifixion et de la descente de la croix: le marteau, le clou, la tenaille, la couronne d'épines, le coq (symbole du reniement de Pierre) et l'échelle utilisée pour descendre le Christ de la croix.


(*) Après la révolution de 1789 furent organisées des "missions", prédications extraordinaires souvent confiées à des ecclésiastiques spécialisés: les missionnaires. La mission était un acte pastoral essentiel de reconquête et d'affirmation pour une Eglise catholique en reconstruction.

Panneaux historiques

Retracez l'histoire de Lupiac à travers notre série de panneaux d'interprétation du patrimoine.

La Statue de d'Artagnan

Panneau

Ce bronze de 3,50 mètres de haut et pesant plus d'une tonne, œuvre de la sculptrice Daphné du Barry, est l'unique représentation au monde de d'Artagnan à cheval. Il a été réalisé par la fonderie Mariani à Pietrasanta en Toscane (Italie).

Selon la coutume, un cheval représenté avec deux sabots en l'air signifie que son cavalier est mort au combat.

Il est composé de 15 pièces assemblées par soudure puis a reçu plusieurs couches de patine. Il a fallu une tonne d'argile pour réaliser la maquette et 18 mois de travail entre le projet et son installation sur la Place d'Artagnan à Lupiac.

La statue a été inaugurée le 9 août 2015 par Mme Véronique Thieux Louit, Maire de Lupiac.

  Télécharger PDF

L'Église Saint-Barthélémy

Panneau

Avant la révolution de 1789, Lupiac comprenait 14 églises et chapelles.

Après la révolution, seules subsistent quelques chapelles et 3 églises dont l'église Saint Barthélémy qui est trop petite pour accueillir la population du village. Il faut donc l'agrandir!

Le 29 juin 1847, la première pierre de la nouvelle église est posée sur les fondations de l'ancienne.

En 1849 l'église est terminée et consacrée. Il subsiste de l'ancienne église le portail gothique au nord.

Par manque de financement, la décoration intérieure ne sera pas effectuée. C’est grâce à un donateur que les peintures du chœur ont pu être réalisées telles qu’on peut les admirer aujourd’hui.

L'église abrite une remarquable Piéta du XVIème siècle. Elle est constituée de deux essences de bois : tilleul et peuplier.

  Télécharger PDF

Le Château de Lamotte d'Izault (Mairie de Lupiac)

Panneau

Si l'on ne connait pas la date de sa construction, on trouve mention de ses propriétaires dès le milieu du XIVème siècle. Parmi ceux-ci, Jean-François Joseph, baron de la Mothe d'Izault et de Marambat, né le 5 mai 1741, lieutenant chef de la brigade des gardes du corps du Roi Louis XVI et mort en 1813 avec le titre de Lieutenant général et Commandeur de Saint Louis.

Cet important château disposait de nombreuses métairies et moulins à vent ou à eau, ce qui assurait une certaine aisance à ses propriétaires. En 1858 Louis Marie Ernest de Lamothe d'Izault restaure le château dont témoigne la façade sud de style Napoléon III.

L 'héritière du château décède au Carmel de Turin. Selon l'usage les Carmélites de Turin héritent du château, des métairies et des moulins. Puis la commune de Lupiac l’achète en très mauvais état, et après travaux y installe la Mairie en 1945. Aujourd'hui le château abrite la Mairie, la salle des fêtes, la salle du Conseil Municipal et des salles mises à disposition des associations du village.

  Télécharger PDF

Les Cloches de l'église

Panneau

Le clocher de l'église Saint Barthélémy abrite 4 cloches. Datant de l'époque de d'Artagnan, elles ont été par la suite refondues à l'identique en 1899 par Bertrand ESCOUBET, fondeur à Ramouzens (Gers), afin de préserver l'harmonie des sons.

On peut lire sur la deuxième cloche :
St Bartholomew pray for us Arnaud Batz Rector

Arnaud Batz était le frère de d’Artagnan.

Première cloche : c'est celle de l'Angélus.
Pesant 154 kilos, elle sonne le MI par tintement.

Deuxième cloche :
Pesant 290 kilos, elle sonne le LA par tintement.

Troisième cloche :
Pesant 435 kilos, elle sonne le RÉ à la volée.

Quatrième cloche :
Pesant 875 kilos, elle sonne le DO par tintement.

L'ensemble a été électrifié en 2016.

  Télécharger PDF

La Chapelle Saint-Jacques (Accueil du musée d'Artagnan)

Panneau

Elle fut bâtie à la fin du XVème siècle dédiée à notre Dame de Pitié et attribuée à l'ordre des pénitents blancs pour leurs usages, offices et sépultures. Bertrand de Batz de Castelmore, oncle de d’Artagnan fit construire un hospice destiné à soigner les habitants de Lupiac et les pèlerins de Compostelle d’où son nom chapelle Saint Jacques.

La chapelle a été restaurée en 1882.

Cet édifice d'environ 8 mètres sur 4 est construit en pierres de grande taille ; son toit est à deux versants. Il combine le style gothique – l'arc brisé surmontant le linteau de la porte ouest – et le style transitoire gothique/renaissance – la voute à trois tores avec deux gorges et deux filets.

Elle abrite aujourd'hui l'Office du Tourisme et l'accueil du Musée d'Artagnan.

Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1935.

  Télécharger PDF

La Place d'Artagnan

Panneau

La reconstitution du castelnau de Lupiac montre qu'au temps de d'Artagnan la place était très occupée.

Au XVIIème siècle, après la démolition des ouvrages fortifiés, seule subsiste la tour du château, haute de 35 mètres. Elle fut détruite à la fin du XVIIIème siècle.

En 1909 un incendie anéantit la rangée des neuf maisons situées à l'est de l'église. Construite en 1912 une halle métallique occupe l'espace jusqu'aux années 1980 où il a fallu la détruire par manque d'entretien.

C'est en 2015 qu'est érigée la statue équestre de d'Artagnan puis en 2017 sont effectués les travaux de rénovation de la place qui lui donnent sa beauté actuelle.

  Télécharger PDF

La Chapelle de Pujos

Panneau

La chapelle Sainte Madeleine de Pujos est bâtie sur un petit tumulus et est orientée au levant, à proximité de l'ancien château seigneurial dont elle dépendait. Nous ne connaissons pas la date de sa construction.

La façade ouest présente un portail moderne par lequel on entre dans la chapelle. Ce portail est précédé d'un emban, auvent servant d’abri, caractéristique des églises et chapelles gasconnes.

C'est sous ces embans que se réunissaient les fidèles avant les offices, rejoints plus tard par les négociants qui y discutaient les contrats.

Au chevet, une petite fenêtre meurtrière rectangulaire a été aveuglée ; il devait y en avoir plusieurs.

La nef du midi est récente, elle dispose d'une voute en croisé d'ogives en plâtre et abrite la chapelle de la Vierge. La nef principale est ancienne et est couverte d'une voute en lambris. Les fonds baptismaux à l'angle nord-ouest sont anciens.

Cette chapelle a été restaurée par les habitants du hameau de Pujos dans les années 1980.

  Télécharger PDF

La Chapelle Saint-André de Cahuzères

Panneau

Cette chapelle, dédiée à Saint André, a été édifiée sur un mamelon à 4 km au nord de Lupiac, probablement au XIIème siècle.

A l'origine, elle était desservie par un prêtre qui résidait dans un presbytère situé à côté de l'église et au milieu du hameau.

Durant la révolution le presbytère et l'église furent détruits, seul le mur nord de celle-ci resta intact.

Sous la Restauration, vers 1815, les habitants se cotisèrent pour reconstruire leur église mais, peu fortunés, ils utilisèrent la "brique crue". Elle était cependant bien couverte et soigneusement crépie.

Elle a été restaurée en 2017 par des bénévoles Lupiacois.

  Télécharger PDF

Le Moulin de Lupiac et sa croix

Panneau

Construit en 1726, le moulin est la propriété de la famille Lamothe d’Isaut. Vendu par adjudication en 1891, il est alors acquit par les époux Dartugue pour 480 francs. Jean marie Dartugue et son fils Jean Baptiste sont alors les derniers meuniers de ce moulin. C’est en 1910 que la commune de Lupiac l’achète et restaure la toiture, malheureusement une tempête abat les ailes dans les années 1980, elles ne seront pas remplacées pour des raisons de sécurité. Une nouvelle restauration de la toiture a été réalisé en 2006 par un charpentier-amoulageur avec les techniques ancestrales.

En 1812, sous l'administration de la Cure de Lupiac par l'abbé GELAS, une "mission" (*) fut organisée.

Le curé de Saramon ainsi que MM. BOYER et BLAGNAN en furent les "prédicateurs"*.

Pour commémorer cette mission, M. Mathieu LABRIC décida d'ériger cette croix en pierre de taille et en finança la réalisation.


(*) Après la révolution, la mission est une prédication extraordinaire confiée à des "missionnaires » ; c'est un acte pastoral essentiel de reconquête pour une église catholique en reconstruction.

  Télécharger PDF

Lupiac, le Village des Loups

Panneau

Je suis la seule représentation sculptée du dernier loup de Lupiac. On retrouve dans les archives une lettre patente de Henri IV en 1584 qui concède à la ville le droit de tenir des marchés le samedi par quinzaine et des foires les jours de Saint Georges et de Saint Loup.

En 1819 Monsieur de Lacoste, Maire de Lupiac et Lieutenant de louveterie note que quatorze loups, louves et louveteaux ont été tués sur le territoire de la commune, puis dix-neuf l’année suivante.

Et c’est vers 1850 que les loups ont disparu de la région.

Deux loups figurent alors sur le blason du village.

Si vous marchez sur mes traces... cela vous portera bonheur.

  Télécharger PDF